AGENDA________________________
Prsentation publique au centre socio-culturel Joseph Ndiaye de Gore 11 h - Samedi 17 novembre 2018
Du " Phnix des Tropiques ",manuscrit indit de Maurice Maillat en 5 tomes Gore la Signare , Gore la Ngrire , Gore la Franaise .
Dcs Yves Thilmans - 23 fvrier 2018
Voir rubrique Documents Bulletin de Liaison
Compte-rendu de Assemble gnrale ordinaire du 3 fvrier 2018 - Samedi 10 fvrier 2018
Aller dans la rubrique Prsentation
Assemble Gnrale Ordinaire - Samedi 3 fvrier 2018
Voir dtail la rubrique Documents Bulletins de liaison
Prsentation de l'ouvrage TIRAILLEURS SENEGALAIS Tmoignages pistolaires 1914-1919 - Mercredi 11 Mars 2015
Pierre ROSIERE-Mamadou KONE-Cyr DESCAMPS prsenteront l'ouvrage l'Institut Franais 18h30
Prsentation du livre les Garnisons de Gore - Lundi 5 Mai 2014
19 heures l'Institut franais de Dakar (89, rue Joseph Gomis) prsentation du livre "Les Garnisons de Gore" de Maurice MAILLAT.
Message de Stephen Grant, membre d'honneur de l'AAMHIS - mardi 18 fvrier 2014
Livres sur Strickland, consul amricain Gore Lien : http://www.youtube.com/watch?v=M-wrBKbOSF8

Salle 2: PALEOLITHIQUE

MOBILIER

Deux panneaux fixés au mur (n° 5 et 6). Cinq vitrines plates (n° 2 à 6). Une petite vitrine (n°7). Quatre pupitres centraux. Description Panneau n°5 Matériaux contreplaqué de 15 sur cadre de bois ; verre 4 mm ; cornières alu 30 mm ;  dimensions : 120 x 180 cm texte (70 x 70 cm)

 

Le Paléolithique

Le Paléolithique ou Age ancien de la pierre, ne comporte que des pièces taillées, à l’exclusion de tout polissage, lequel n’apparaîtra que par la suite. S’étendant sur plus de deux millions et demi d’années, il occupe à lui seul plus de 99% de la durée totale des temps préhistoriques.

La taille de la pierre semble avoir eu pour inventeur l’Homo habilis, les diverses espèces du genre Australopithecus ne paraissent pas avoir connu cette technique. En simplifiant la complexité des phénomènes et en présentant sous forme d’un tableau un processus évolutif, les principales caractéristiques du Paléolithique peuvent être schématisées comme ci-dessous.

 

Le Paléolithique en Sénégambie

En Sénégambie, aucun reste osseux humain remontant au Paléolithique n’a été découvert, pas plus que des datations n’ont encore pu être effectuées. Quant aux séries lithiques, seul témoignage de la présence de l’homme à cette époque, leur position stratigraphique est souvent difficile à établir, plusieurs d’entre elles gisant en surface, tandis que d’autres sont remaniées. Aussi la définition et le classement des industries rencontrent-ils diverses difficultés. Quelques constatations peuvent néanmoins être dégagées :

  1. Du matériel lithique attribuable au Paléolithique archaïque ou Pré-acheuléen (vitrine 2) n’a pas été trouvé jusqu’à présent.
  2. Plusieurs sites du Paléolithique inférieur (vitrine 3) ont été reconnus dans les vallées de la Falémé et de la Gambie. Par ailleurs une dizaine de bifaces ont été trouvés dans les environs de Fann (banlieue de Dakar) ; une partie d’entre eux est de grandes dimensions et paraît appartenir typologiquement au Paléolithique inférieur, tandis que les plus petits doivent être rattachés au Paléolithique moyen. La répartition des sites à bifaces et hachereaux se limite donc présentement aux confins orientaux et (probablement) occidentaux de la Sénégambie.
  3. Le Paléolithique moyen est représenté par du matériel récolté sur divers sites des vallées du Sénégal, de la Falémé et de la Gambie (vitrine 4). Font également partie de cette période, des récoltes provenant de Fann, ainsi que des environs de Rufisque, Bargny, Sébikotane et Pout (vitrine 5). Ces industries sont généralement qualifiées de moustéroïdes, à cause de certaines ressemblances avec celles du Moustérien d’Europe et d’Afrique du Nord.
  4. Une industrie, qu’en attendant son statut définitif on peut qualifier de Paléolithique évolué (vitrine 6), est présente sur divers sites de la Presqu’île du Cap Vert, de la Petite Côte, ainsi que des vallées du Sénégal et de la Falémé. Elle peut être considérée comme une émanation du Moustéroïde, dont elle conserve l’allure générale. Toutefois certaines pièces, en particulier des armatures bifaciales, présentent des caractères évolués qui en font, non pas un Paléolithique supérieur de type européen, mais un faciès évolué des industries moustéroïdes antérieures.
  5. Les recherches stratigraphiques sur la vallée de la Falémé ont permis d’établir une échelle chronologique grâce à la conciliation des observations géologiques et archéologiques. Le Paléolithique ancien à bifaces et hachereaux correspond aux dépôts antérieurs à la formation de la basse terrasse, tandis que le Moustéroïde est contemporain du dépôt et du cuirassement de cette dernière.  

A droite du texte, trois cartes du Sénégal (36 x 50 cm) superposées, sous-titrées : "Paléolithique inférieur", "Paléolithique moyen", "Paléolithique évolué".

 

Vitrine n°2 Plate (50 x 150 x 15 cm). Inscription sur le support : "Paléo archaïque".

Contient 16 pièces réparties sur 4 plateaux, à savoir :

‑ 3 pièces (53‑67) ; 53‑67 a (protobiface) ; 53‑67 b Epannelé ; 53‑67 c (Chopper) Etiquette : "Rabat (Maroc). Protobiface et galets aménagés" en feldspathique

‑ 3 pièces (61‑46) ; 61‑46 a chopping tool ; 61‑46 b chopper ; 61‑46 c chopping tool Etiquette : " Afalaleh (Algérie). Galets aménagés" en quartz

‑ 5 pièces (47‑10) ; 47‑10 a chopping tool ; 47‑10 b chopping tool en quartz 47‑10 c polyèdre en quartz ; 47‑10 d chopping tool en quartzite 47‑10 e protobiface en quartzite Etiquette : "Outillage des anciens dépôts d’Olduvai (Tanzanie)".                 "Ceux‑ci ont été datés d’environ 1 800 000 ans. Ils contiennent des restes d’Homo habilis".

‑ 5 pièces (53‑14 ; 59‑15; 66‑66; 70‑20) ; 59‑15 (38) chopping tool en quartzite ; 53‑14 discoïde en quartzite ; 79‑20 Azrag bola en quartz ; 66‑66a chopping tool en quartzite ; 66‑66 b discoïde en quartzite Etiquette : "Divers sites de Mauritanie. Galets aménagés ; discoïdes, bolas".

 

Vitrine n°3 Plate (50 x150 x 15 cm). Inscription sur le support : "Paléo inférieur".

Contient 11 pièces réparties sur 3 plateaux, à savoir :

‑ 1 pièce (49‑43) Etiquette : "Cap Vert (Fann, Dakar). Biface". en silex

‑ 5 pièces (83‑22 b) biface + hachereau en quartzite ; 83‑30 biface ‑ uniface en silexite ; 83‑31 b biface en silexite ; 83‑38 biface en silexite ; 84‑71 hachereau ‑ biface en grès feldspathique Etiquette : "Sansandé (Falémé). Bifaces et hachereau-biface"

‑ 5 pièces (82‑140 chopper en jaspe ; 82‑159 biface en silexite de Bafoulabé ; 84‑24 a lame retouchée en silexite ; 84‑24 b lame retouchée en silexite.

 

Vitrine n°4 Plate (50 x 150 x 15 cm). Inscription sur le support : "Paléo‑moyen".

Contient 20 pièces réparties sur 3 plateaux, à savoir :

‑ 12 pièces (neuf fois 69‑26 ; 69‑27 ; sans n° ; illis).

‑ 5 pièces (84‑78 ; 83‑12 ; 84‑61 ; 83‑12 ; 83‑12). Etiquette ; "Industrie moustéroïde de la vallée de la Falémé".

‑ 3 pièces (82‑105, Doundé, FL 381 ; 84‑100 Doundé ; 82‑105 Doundé FL 390). Etiquette : Industrie moustéroïde de la vallée du Sénégal".

 

Vitrine n°5 Plate (50 x 150 x 15 cm). Inscription sur le support : "Paléo‑moyen".

Contient 37 pièces réparties sur 3 plateaux, à savoir :

‑ 12 pièces (huit fois 47‑74 ; 61‑82 ; 62‑12 ; 75‑31 ; 83‑172) Etiquette : "Industrie moustéroïde de Fann (Presqu’île du Cap Vert)".

‑ 13 pièces (42‑31 ; deux fois 48‑42 ; neuf fois 75‑31 ; sans n°). Etiquette : "Industrie moustéroïde des environs de Sébikotane‑Pout"‑ 12 pièces (45‑40‑1 ; 45‑46‑P8 ; 45‑116 ; 46‑40‑1 ; 47‑68 ; 47‑68‑10 ; 47‑68‑68 ; 47‑68‑124 ; 47‑68‑144 ; 51‑127‑28 ; 62‑54 ; 75‑10) Etiquette : "Industrie moustéroïde des environs de Bargny‑Rufisque".

 

Vitrine n°6 Plate (50 x 150 x 15 cm). Inscription sur le support : "Paléo évolué".

Contient 30 pièces, réparties sur 5 plateaux, à savoir :

‑ 6 pièces (45‑49 ; deux fois 45‑50 ; 52‑19 ; Dakar point K 4‑4‑1947 ; 67‑60). Etiquette : "Industrie du Paléolithique évolué (Presqu’île du Cap Vert)"

‑ 9 pièces (45‑? denticulé ; 54‑34 ; 56‑7 ; quatre fois 64‑2 ; sans n°. Etiquette : "Industrie du Paléolithique évolué (site de Tiémassass)".

‑ 9 pièces (quatre fois 67‑40 ; 79‑25 ; quatre sans n°) Etiquette : Industrie du Paléolithique évolué (site de la Somone)"

‑ 4 pièces (83‑38 ; 84‑77 ; 85‑106 ; 86‑14) Etiquette : "Industrie du Paléolithique évolué (site de la Falémé)"

- 2 pièces (85‑108 ; sans n°) Etiquette : "Industrie du Paléolithique évolué (sites de la rive gauche du fleuve Sénégal)".

 

Vitrine n°7 Haute (132, 55 x 266 x 23 cm). Inscription sur le support (en regard des crânes) :

‑ 3 000 000 à 1 000 000 d’années (sans descendance)"

‑ 3 000 000 à 2 350 000 ans (Ancêtre de Homo habilis)"

‑ 2 500 000 à 1 300 000 ans (Ancêtre de Homo erectus)"

‑ 1 500 000 à 100 000 ans (Ancêtre de l’Homme actuel)"

‑ 35 000 à nos jours (Homme actuel)"

Contient cinq moulages de crânes et un crâne sec d’homme actuel. Etiquette sous chacune des 6 pièces : Australopithecus robustus, Australopithecus africanus, Homo habilis, Homo erectus, Homo sapiens neanderthalensis, Homo sapiens sapiens.

 

Pupitres centraux Matériaux : quatre pupitres. Surface de présentation : 44 x 124 cm. Verre 4 mm. Cornières aluminium. 25 mm.

Premier pupitre : Inscription sur le support : "Paléolithique archaïque".

Premier texte : Paléolithique archaïque

Certains auteurs, lorsqu’ont été découvertes des industries plus anciennes que celles du Paléolithique inférieur connues jusqu’alors, ont proposé l’utilisation d’une dénomination nouvelle, celle de Paléolithique archaïque.

D’autres ont préféré le terme de Pré-Acheuléen, qu’ils considèrent comme faisant partie du Paléolithique inférieur.

L’industrie la plus typique de ce complexe le plus ancien est l’Oldowayen (d’Olduvai en Tanzanie). On peut en rapprocher les autres ensembles régionaux, lesquels peuvent toutefois présenter avec elle des différences parfois notables.          Un outil fréquemment rencontré dans ce complexe oldowyen est constitué d’un galet ou d’un petit bloc présentant un tranchant obtenu par l’enlèvement d’éclats sur une ou deux faces. C’est le galet aménagé, uni ou bi directionnel. Parmi les autres outils, citons les épannelés (galets tronqués par une surface taillée par enlèvements centrifuges), les discoïdes (enlèvement d’éclats périphériques), les polyèdres (enlèvements d’éclats multidirectionnels). On a signalé des racloirs, des rabots, des burins, des perçoirs. Les éclats, plus ou moins nombreux d’après les gisements, peuvent être utilisés, retouchés, voir même transformés en véritable outils.

Un stade, souvent appelé 0ldowayen évolué, présente certaines pièces, dites proto‑bifaces, qui annoncent l’Acheuléen du Paléolithique inférieur. Le plus ancien site pré-acheuléen actuellement connu, est daté de 2 600 000 ans environ et a été découvert en Ethiopie. On admet généralement que l’invention de la taille de la pierre serait due à des groupes d’Homo habilis et non à des Antralopithèques.

Second texte : En 1973, Jay Matternes s’est efforcé de retrouver l’aspect que devrait avoir, de son vivant, l’Homo habilis. Il a pris comme point de départ le "crâne 1470", trouvé au Kenya l’année précédente. Il s’agit d’un sujet, probablement féminin, qui avait vécu il y a près de 3 000 000 d’années environ. L’auteur appliqua successivement sur le moulage du crâne, des reproductions de différentes tissus mous (muscles, cartilages, glandes, yeux, oreilles, tissus adipeux, téguments, poils).     

L’hypothèse d’une couleur foncée de la peau et de cheveux lisses repose sur l’observation des mutations (brusques transformations du patrimoine héréditaire) survenant chez les hommes actuels. C’est ainsi qu’un couple de Négro-africains peut donner naissance à un enfant blanc (albinos ou albinoïde), alors qu’un couple d’Européens ne peut procréer un enfant noir. La mutation va donc dans le sens noir-blanc. De même va-t-elle dans le sens cheveux lisses-crépus.

Six figures :"Galets aménagés" ; "Epannelé" ; "Discoïde" ; "Polyèdre" ; "Homo habilis" (placé à côté du second texte).

Second pupitre : Inscription sur le support : "Paléolithique inférieur".

texte Paléolithique inférieur  

Le Paléolithique inférieur comprend deux ensembles d’industries. Un premier groupe est constitué par l’Acheuléen, ou plus exactement par un ensemble de faciès, le "complexe acheuléen". Celui-ci se caractérise par la présence en commun d’un outil particulier, le biface. Le second groupe comprend des industries sans bifaces, telles le Tayacien, le Clactonien, le Stellenbosch. Le biface est un outil allongé, taillé sur ses deux faces et de contour variable (ovalaire, lancéolé, triangulaire....). Un autre outil de l’Acheuléen est le hachereau. Celui-ci est généralement un gros éclat, retrouvé en Afrique d’où il semble originaire. A côté de ce gros outillage, l’Acheuléen comporte de petites pièces sur éclats, racloirs, grattoirs, rabots etc.   

Au cours de l’acheuléen sont apparues deux nouvelles techniques de taille. La première est celle du "Percuteur doux" : la pierre se taille mieux si l’on utilise un percuteur moins dur qu’elle (bois dur, os, corne). La seconde est celle du "débitage levallois" : grâce à une préparation spéciale du matériau. On obtient un éclat du type désiré.  

Le support humain des industries du Paléolithique inférieur est constitué par Homo erectus, dont les différentes races, sans rapport avec les actuelles, étaient répandus dans tout l’Ancien Monde.          

Quatre figures légendées :"Biface" ; "Hachereau" ; "Débitage levallois", "Reconstitution de l’aspect sur le vivant du Sinanthrope (Homo erectus de Chine) par des chercheurs chinois.

 

Troisième pupitre : Inscription sur le support : "Paléolithique moyen".

texte :Paléolithique moyen

En Europe, l’industrie majeure du Paléolithique moyen est le Moustérien, lequel présente d’ailleurs plusieurs faciès.

En Afrique du Nord et au Sahara, un outillage particulier, appelé Atérien, semble dériver du Moustérien. Dans cette industrie, la plupart des outils possèdent un pédoncule, destiné à faciliter l’emmanchement.

Au Sénégal, un ensemble d’industries a été qualifié non plus de Moustérien, mais à cause d’une certaine ressemblance avec celui-ci, de Moustéroïde. Il ne possède en effet que certains des éléments du Moustérien d’Europe, comportant des nucléus discoïdes, de petits bifaces, des galets aménagés, des grattoirs, des racloirs, des perçoirs, des denticulés, des pièces à coche.

Dans l’Ancien Monde, la présence de restes osseux d’Homo sapiens neanderthalensis a été observée dans de nombreux sites moustériens. Dans quelques autres sites cependant (Proche Orient), ce sont cette fois des ossements d’Homo sapiens (Homme Actuel) qui ont été mis au jour, dans un contexte lithique du Paléolithique Moyen.

Deux figures avec légendes :

‑Nucléus discoïde, petit biface, racloir, grattoir, perçoir, denticulé, pièce à coche, pièce à double patine.

‑ Reconstitution d’une tête d’Homo neanderthalensis. (d’après Guerassimov, anatomiste russe).

Quatrième pupitre : Inscription sur le support : "Paléolithique évolué".

texte : Paléolithique évolué    

Greffé sur le substrat des outillages moustéroïdes, on observe sur certains sites du Sénégal une industrie techniquement plus évoluée. Les chercheurs l’ont baptisée de façon diverse : Paléolithique terminal, récent, évolué. Ce dernier qualificatif présente l’avantage de rendre compte du caractère de cette industrie, qui dérive typologiquement du Moustéroïde et lui est stratigraphiquement associée.

La pièce caractéristique est l’armature bifaciale dont les plus petites armaient probablement des flèches, et les plus grandes des sagaies. La plupart de ces armatures sont foliacées, certaines de celle-ci étant denticulées. Moins fréquentes sont les armatures pédonculées et très rares celles de forme triangulaire. Sur certaines pièces, les caractéristiques de la retouche, (fine et envahissante); suggèrent l’emploi de la technique par pression (et non plus par percussion).

Des sites relevant de cette industrie se retrouvent au Cap Vert (Bel-Air, Yoff, Ouakam, Ngor), sur la Petite Côte (Somone, Tiémassas), à Taïba, à Sébikotane, près de Thiès, sur les fleuves Sénégal et Gambie et sur la Falémé.

Une fouille effectuée à Tiémassas a montré que l’outillage se trouvait dans la partie supérieur d’une couche de gravillons latéritiques qui s’était formée autrefois, alors que le climat était plus humide. Cette observation a été confirmée sur d’autres sites : Thiès, Bel-Air, Yoff. Quant à l’outillage néolithique, il ne se trouvait jamais dans cette couche gravillonnaire, mais dans le sable argileux qui recouvre celle-ci. Dans la basse vallée de la Falémé et dans la moyenne Gambie, l’outillage du Paléolithique évolué se trouve dans des niveaux sédimentaires mis en place au cours de phases climatiques arides et humides, entre 27 000 et 13 500 ans avant le présent.     

Les affinités de ce Paléolithique évolué restent discutées. L’hypothèse la plus satisfaisante serait un rapprochement avec l’Atérien sud-saharien, à pointes bifaciales et armatures pédonculées.

Le support humain reste inconnu. Certains chercheurs évoquent une ethnie dérivée des Néanderthaliens. D’autres par contre, rattachent cette industrie à l’Homme actuel.

Deux plateaux de dessins :

‑ "Armatures bifaciales : Tiémassass, Cap Vert. Bargny, Deni-Youssouf, Thiès, Popenguine, Mbilor-Dieri".

- "Coupe de la fouille à Tiémassass. Les pièces paléolithiques se trouvent dans la partie supérieure de la couche de gravillons latéritiques".

© AAMHIS 2013 - Musée Historique Gorée (Sénégal) – Tél (221) 33 842 77 60 < aamhisgoree@gmail.com >   Credit
Conception: